Diembéring : Les volontaires de Corps Africa s’engagent dans le développement communautaire : près d’une vingtaine de femmes rurales formées à la transformation des fruits et légumes

 Elles étaient presqu’une vingtaine de  femmes des villages de Diembéring et de Cabrousse à bénéficier d’une formation de 10 jours en techniques et normes appropriés à la transformation et à la conservation des fruits et légumes. Une initiative qui porte la signature des volontaires du Corps Africa  qui veulent ainsi permettre aux bénéficiaires d’exercer efficacement la vente de ces produits et d’accroitre leurs revenus.

La région de Ziguinchor en général et la commune de Diembéring en particulier  regorge de potentialités qui constituent de réelles perspectives de création de richesse et d’emplois. Les femmes bénéficiaires de cette formation vont alors s’approvisionner correctement en matière première et en intrant de qualité pour la transformation et la conservation de ces fruits et légumes. Par conséquent, elles ont découvert les techniques et autres procédés modernes de transformation et de conservation tout en maitrisant les différentes étapes du processus de fabrication des produits. Les légumes et fruits concernés par cette formation sont ente autres, la mangue, le bissap, le pain de singe, le citron, le ditax, la pomme d’acajou etc. La formatrices,  présidente par ailleurs du GIE Djihito di Maléguéne, a adopté une démarche pédagogique qui s’est appuyée sur les principes andragogiques pour une participation active des bénéficiaires. Elle a surtout mis l’accent sur l’hygiène, la qualité, la sécurité mais aussi le choix du matériel et des produits car, à l’en croire,  il n’est pas possible de conserver n’importe quel produit. Madame Diémé née Siranding Touti Sané, présidente du GIE Djihito Di Maléguéne, devant l’adjoint au sous préfet de Cabrousse qui a présidé la cérémonie et du premier adjoint au maire de Diembéring, a invité les femmes à s’engager résolument dans ce qui est de poursuivre dans cette lancée en sollicitant d’avantage de renforcement de capacités.

Les bénéficiaires par la voix de Ida Diatta, une des responsables des femmes de Diembéring s’est réjouit de la pertinence de cette initiative qui pour elle arrive au bon moment. Elle a surtout remercié les initiateurs, les volontaires du Corps Africa qui ont à l’en croire, fait montre d’un engagement révolutionnaire qui vise à améliorer d’une manière considérable les revenues des femmes des localités concernées par cette formation. Elle a aussi invité les autorités locales et administratives à aider les femmes à mieux mettre à profit les acquis de cette formation en les aidant à bénéficier d’unités de transformation et de matériel.

Après les volontaires de la Jica, du Corps de la paix américain…, l’Afrique peut se réjouir d’avoir ses volontaires dénommés Volontaires du Corps Africa.
L’initiative du Corps Africa permet à 12 volontaires sénégalais et marocains de pouvoir habiter dans les collectivités les plus reculées du pays où ils vont s’intégrer en apprenant leurs coutumes et réalités. Formés en connaissance du volontariat, en secourisme et en design thinking, ils ont comme mission de permettre aux populations d’identifier leurs besoins dans différents domaines comme la santé, l’éducation, le développement des petites entreprises entre autres. Cet engagement africain, qui a commencé au Maroc, selon Abdou Cissé a enrôlé des jeunes dont les niveaux d’étude universitaire varient entre la licence et le doctorat. Au Sénégal, Ils sont dispatchés dans 4 régions que sont Diourbel, Fatick, Thiès et Ziguinchor. Abdou Cissé, basé à Diembéring nous parle du Corps Africa dont le credo est de promouvoir le service national pour soutenir le développement communautaire. Il s’est aussi prononcé sur ce qui a motivé cette formation. Pour Abdou Cissé, cette formation trouve sa pertinence dans le fait que cette localité reste une zone de productions de céréales, de fruits et légumes, mais malheureusement, les femmes ne sont pas suffisamment outillées pour la transformation et la conservation de ces produits locaux. Ainsi, cette session de renforcement de capacités contribue à inverser cette tendance. Selon lui,  C’est pourquoi, il se félicite de cet atelier qui va permettre désormais aux bénéficiaires de mener des activités génératrices de revenus de manière collégiale et d’améliorer leurs conditions de vie.
 

La vision des volontaires du Corps Africa installés dans le département d’Oussouye dans cette initiative s’articule à renforcer les capacités des femmes rurales afin qu’elles puissent lutter efficacement contre la pauvreté.

Il s’agit pour cette formation de donner aux bénéficiaires des qualifications nouvelles qui contribuent à l’autonomisation de la femme rurale. A signaler que les volontaires du Corps Africa dans la commune de Diembéring comptent travailler à créer les conditions de pérennisation des acquis. L’adjoint au sous-préfet de Cabrousse qui a présidé cette cérémonie de clôture, de dégustation et de remise de titres honorifiques est quant à lui d’avis que cette session de formation vise à renforce le savoir, le savoir faire et le savoir être de ces femmes en vue d’améliorer leurs performances au niveau communautaire. Car pour Bernard Pouye, l’autonomisation de la femme constitue aujourd’hui un levier important pour le développement du Sénégal.

                                                                                                      Manfred Kals :


A LA UNE

EN VIDEOS

Tous droits réservées ::: ©2014 | burabenews.net | burabenews@gmail.com
BURABE NEWS Sarl - Ziguinchor - +221 77 9383700 / 77 2028508